LES COCOTTES DE LA BELLE ÉPOQUE

Après la grande dépression de la fin des années 1880-90, le nouveau siècle ne pouvait être autre que sublime. L’air parisien est un concentré de cocottes, de folies, de fêtes, d’arts, de luxe presque ridicule… L’art de vivre est incarné par la capitale française qui apprête sa tenue, se recoiffe et bombe le torse pour la grande Exposition Universelle de 1900.

New PictureDans Gigi, Colette décrit avec merveille cette euphorie luxueuse qui devient presque hystérique :

« Mme Alvarez eut un foie gras et six bouteilles de champagne, munificences sur lesquelles tonton Lachaille préleva sa part en s’invitant à diner. Gilberte, un peu grise, raconta pendant le repas les potins de son cours supplémentaire et gagna au piquet le porte-mine en or de Gaston. Il perdit de bonne grâce, s’anima, rit en désignant la petite à Mme Alvarez : “Mon meilleur copain, le voilà ! ” Et les deux espagnols de Mme Alvarez allaient, pleins d’une lente et vigilante attention, des joues rouges et des dents blanches de Gigi au fils Lachaille qui lui tirait les cheveux à poignées : “Bougresse, tu l’avais dans ta manche, le quatrième roi !” »

Charles Hermans L’aube (détail), 1876.
Charles Hermans
L’aube (détail), 1876.
Alphonse Mucha La Dame aux Camélias, 1896. Lithographie mise en couleur, 207,3 x 72,2 cm. The Mucha Trust Collection.
Alphonse Mucha
La Dame aux Camélias, 1896.
Lithographie mise en couleur, 207,3 x 72,2 cm.
The Mucha Trust Collection.

Les courtisanes exhibent fièrement des bijoux hors de prix qui leur ont été offerts, s’offrent des amants des deux sexes, participent à toutes les soirées mondaines de la capitale. Elles sont actrices, modèles, prostituées, chanteuses, indispensables enfin, dans ce Paris de début de siècle.

La Belle Otéro, Cléo de Mérode, Liane de Pougy, Mata Hari, Sarah Bernhardt  ou encore Kiki de Montparnasse, deviennent les muses des plus grands peintres.

On connait tous les sublimes affiches de Mucha qui mettent en scène Sarah Bernhardt. Actrice incontournable, sa carrière était en 1895 à son apogée et les affiches de Mucha vont rapidement recouvrir les murs de la capitale.

Moins connu, l’oriental Jules Pascin, dessine les nuits parisiennes, l’homosexualité féminine et les scènes de bordel des années 20. Bohème parisien, il peint plus de trois cent soixante-trois modèles avant de se donner la mort en 1930.

Jules Pascin Quatre Personnes sur un lit, 1907. Aquarelle sur papier, 12 x 21 cm. Collection particulière.
Jules Pascin
Quatre Personnes sur un lit, 1907.
Aquarelle sur papier, 12 x 21 cm.
Collection particulière.

Les Grandes Horizontales deviennent des signes extérieurs de richesse que l’on fréquente et exhibe comme un nouvel équipage de chevaux, elles deviennent des articles qui se dégustent « comme on jouit d’un bon cigare après le diner » (Yolaine de la Bigne).

Elles se veulent indépendantes et libres de mœurs, en multipliant les amants et affichant un palmarès impressionnants d’hommes connus et reconnus. Extravagantes, sublimes, provocantes et sensuelles, leurs histoires se finissent néanmoins généralement de façon désastreuse : par le suicide, dans la misère et l’oubli. Alors, libres et audacieuses ou vulnérables et dépendantes d’hommes dont elles se servent pour se renflouer grassement ? Scandaleuses et ambassadrices de cette « ville spectacle », elles auront eu, quoi qu’il en soit, le mérite de considérer et de jouir de Paris comme une grande scène qui leur avait été offert sur un plateau.

Photographie de Mata Hari.
Photographie de Mata Hari.

En 1900, enfin, Paris s’affirme comme la première scène artistique internationale, la capitale de la mode, du divertissement et des plaisirs. Par définition, l’âge d’or avant la tempête de la Première Guerre mondiale.

Paris majestueuse et à son apogée est à découvrir à travers l’exposition « Paris 1900, la ville spectacle », à partir du 2 avril jusqu’au 17 aout 2014 au Petit Palais dans la capitale. Pour en savoir plus sur la ville des spectacles vues par ses artistes contemporains, je vous invite à vous délecter des œuvres de Pascin et de Mucha magnifiés par Parkstone International.

Tags : Mata Hari, Pascin, Mucha, petit Palais, Paris, 1900, Dame aux Camélias, Spectacle, Exposition, Universelle, Cocottes, Grandes Horizontales, La Belle Otéro, Cléo de Mérode, Liane de Pougy, Sarah Bernhardt, Kiki de Montparnasse, Courtisanes

Facebook, Twitter : Les Grandes Horizontales, ambassadrices de la Belle Époque ?

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s